Une occasion manquée 

Les candidats du MODEM dans l’ensemble ne sont pas parvenus à confirmer l’excellent résultat que François BAYROU avait obtenu le 22 avril dernier.

Cet espoir déçu, nous le devons à un certain nombre d’éléments dont nous pouvons tirer des enseignements. Face à un scrutin qui semblait « plié » d’avance, la démobilisation des électeurs nous confirme la présidentialisation de nos institutions : tout se joue et se noue au cours de l’élection présidentielle, et vae victis !

« L’ouverture », qui parodie la démarche portée par François BAYROU, l’état de grâce dont bénéficie tout Président nouvellement élu mais aussi l’envie de réformes des français permettent de comprendre le score réalisé par le « parti du Président ».

Le mode de scrutin, majoritaire, fait le reste : il amplifie les tendances au point de priver un certain nombre de sensibilités de représentation. La preuve par l’absurde ? L’UMP, qui recueille 40 % des voix obtiendrait 440 parlementaires. Le MODEM, qui pèse 7,5 % ne pourrait, quant à lui, en obtenir plus de 4 ! ! Il est urgent d’introduire la dose de proportionnelle, souhaitée par une majorité de français, qui permettra de conjuguer l’indispensable représentativité de l’Assemblée Nationale à l’efficacité du travail Parlementaire.

L’apparente victoire remportée par la bipolarisation n’est pas définitive. Même si pour l’heure, le rapport de force semble démontrer qu’il est difficile à une formation d’exister en dehors d’une alliance avec les appareils PS ou UMP, les français continueront de la rejeter. Jusqu’à l’introduction de la proportionnelle, des forces centrifuges continueront de parcourir la société française et trouveront à s’exprimer à l’occasion des consultations qui jalonnent la vie politique française. 

Le MODEM y prendra alors toute sa part. A ce stade, c’est là pour moi un motif d’espoir et de satisfaction. Satisfaction tout d’abord en envisageant l’excellente campagne réalisée par nos candidats sur le Département. Dans un contexte très difficile, sur un label dont c’était le « baptême du feu », ils ont su imposer le MODEM comme la troisième force politique au point de faire de nous les arbitres de plusieurs des confrontations de deuxième Tour.

Ce scrutin a été une occasion manquée pour élire à l’Assemblée Nationale un nombre important de députés porteurs d’une autre voix, éclaireurs d’une autre voie que celles empruntées par le duo qui se partage le pouvoir depuis 30 ans.

En attendant, il est une force militante avec laquelle il faudra compter. Il a su tisser un réseau qu’il nous reste à structurer, à organiser pour conforter et consolider l’espérance qui l’anime, à l’occasion des futures élections locales.   

Soyons plus que jamais unis pour conforter notre engagement et trouver les explications susceptibles de rassurer ceux qui n’ont pas compris que nous sommes en train de construire un véritable mouvement central qui ne soit ni rattaché à la droite, ni rallié à la gauche.

Nous ne serons forts que de nos convictions, consolidons les en débattant, en échangeant, en nous rencontrant pour construire ensemble un mouvement, force de propositions, qui nous rassemble et qui nous ressemble. 

Philippe NOGRIX
Président de l’UDF/MoDem 35
Sénateur de l’Ille-et-Vilaine



Laisser un commentaire

politish |
déclaration de corti |
Ce n'est pas rien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | PARTI SOCIALISTE
| Le blog du Parti communiste...
| ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE