DERNIER JOUR DE CAMPAGNE

François Bayrou a conclu vendredi sa campagne officielle du premier tour avec des déplacements symboliques sur deux hauts lieux de mémoire: le champ de bataille de Verdun et Rouen, meurtrie pendant la deuxième Guerre et aujourd’hui « la plus grande ville UDF de France ».

Le candidat UDF, qui avait tenu la veille son dernier meeting à Pau, dans son Béarn natal, est allé tout d’abord se recueillir devant l’Ossuaire de Douaumont, à la mi-journée près de Verdun, où quelque 500.000 soldats français et allemands ont péri en 1916.

« En venant ici, j’ai voulu me souvenir de ces milliers de jeunes Français qui ont connu l’horreur des horreurs avant de faire le sacrifice de leur vie », a-t-il déclaré.

Il s’est successivement recueilli devant les stèles des soldats musulmans et des Français, alliés et volontaires juifs morts pour la France, avant de traverser à pied l’Ossuaire de Douaumont où se trouvent les tombes de 15.000 soldats français.

« Ce lieu sacré » a « aussi servi à la réconciliation emblématique entre la France et l’Allemagne », a rappelé M. Bayrou, qui s’est arrêté quelques instants devant la plaque commémorant la rencontre historique entre le président François Mitterrand et le chancelier allemand Helmut Kohl, le 22 septembre 1984.

L’étape de Rouen –ville dont Jean Lecanuet, grande figure centriste décédée en 1993, a été pendant 25 ans le maire– est aussi chargée de symboles. « Je suis venu ici parce que c’est la plus grande ville UDF de France », a souligné François Bayrou, le député-maire centriste Pierre Albertini à ses côtés.

« J’ai des souvenirs dans cette ville. Quand on arrive au terme d’une campagne électorale, on veut se retrouver dans des lieux qui ont du sens pour vous », a expliqué le candidat, entouré par une nuée de caméras et de micros, et plusieurs centaines de militants.

Après une halte dans un café, rue Jean Lecanuet, il s’est rendu sur la place du 19 avril 1944, où a été érigée une sculpture rappelant les bombardements meurtriers de la ville par l’aviation alliée durant la deuxième Guerre mondiale.

En seulement quelques heures, ce 19 avril 1944, près de 6.000 bombes ont été déversées sur l’agglomération, la transformant en champ de ruines, et faisant quelque 900 morts et 20.000 sinistrés.

Comme à Verdun, M. Bayrou a lancé un dernier appel aux indécis pour qu’ils votent en sa faveur dimanche. « Je me sens mobilisé et au fond très heureux, parce que le changement dont je rêvais depuis longtemps pour la France est maintenant à portée de la main ».

« Les Français ont maintenant la possibilité réelle d’enlever le pouvoir aux deux partis qui le tiennent depuis 25 ans, et d’obtenir enfin une manière différente de gouverner le pays », a-t-il ajouté.

« Je serais un président au milieu de vous », a-t-il lancé, sous les applaudissements et des cris « Bayrou président! ». « Je ne perdrai jamais ce lien avec les Français et spécialement avec les Français les plus modestes. Je serai le défenseur de ceux qui n’ont pas de défenseur ».

En dépit de la clôture de la campagne officielle vendredi à minuit, M. Bayrou a annoncé qu’il poursuivrait samedi « sa rencontre avec les Français » à Toulon. « Ce n’est pas interdit. Demain, je peux serrer la main des Français. C’est pour moi une manière de démontrer que nous sommes mobilisés entièrement » pour cette élection », a-t-il expliqué.

Il gagnera ensuite la région de Pau, où il votera dimanche.



Laisser un commentaire

politish |
déclaration de corti |
Ce n'est pas rien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | PARTI SOCIALISTE
| Le blog du Parti communiste...
| ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE