Aucune manoeuvre ne pourra empêcher le changement

François Bayrou a prôné un changement « serein » et « paisible » à quelques jours du premier tour. Le candidat à l’élection présidentielle veut former une majorité nouvelle pour sortir le pays de la crise. Il veut faire apparaître des visages nouveaux dans le monde politique et renvoyer les deux partis qui ont tout le pouvoir depuis vingt-cinq ans à leurs chères études.

« Je serai qualifié pour le deuxième tour » a assuré François Bayrou au lendemain de son grand meeting à Paris Bercy où il a réuni 18 000 personnes. Il a souligné qu’aucun candidat n’avait rassemblé autant de monde. Pour François Bayrou, ceux qui étaient dans la salle ont dit qu’ils voulaient le changement. Il a expliqué sur RMC et BFM TV qu’il fallait deux conditions pour l’obtenir : la première, qu’il soit élu président de la République pour qu’il ait mandat du peuple d’obliger le monde politique à changer ; la deuxième, qu’il forme une majorité nouvelle qui verra apparaître de nouveaux visages. Ce sera, à ses yeux, un changement « serein » et « paisible » qu’aucune manœuvre ne pourra empêcher et qui renverra les deux partis au pouvoir à leurs chères études. François Bayrou a assuré que si les Français choisissent cette démarche politique nouvelle le 22 avril et le 6 mai prochain, il leur donnera le gouvernement qu’ils méritent : « je passerai au-delà des frontières du passé » pour réunir des personnes compétentes qui s’occuperont des problèmes des Français.

 

Le candidat à l’élection présidentielle a ironisé sur le tir croisé de l’UMP et du PS qui ne supportent pas de voir une force surgir et qui veulent conserver leurs privilèges. Interrogé sur son positionnement, il a dit ne pas se reconnaître dans la droite de Nicolas Sarkozy car il s’est battu toute sa vie pour un courant humaniste. Il ne se reconnaît pas non plus dans la gauche « sectaire et fermée » de Lionel Jospin qui est le contraire de ce qu’il veut faire. Après le ralliement de Valery Giscard d’Estaing à Nicolas Sarkozy, il a constaté qu’il y avait autour du candidat de l’UMP, un regroupement de ceux qui ont conduit la France dans l’état où elle est et qui ont des intérêts à défendre. Il a jugé « ce mouvement éloquent » pour les Français qui doivent se dire si « tout ceux-là sont contre lui [François Bayrou], c’est qu’il faut voter pour lui ! ».

 

La situation en Irak

François Bayrou a estimé que le déclenchement de la guerre par les Américains avait libéré un certain nombre de démons effrayants. Une lutte entre les différentes sensibilités et les différentes factions à l’intérieur de l’Irak qu’on ne sait pas comment arrêter et qui aura, selon lui, des conséquences sur la première moitié du siècle. Le candidat à l’élection présidentielle a trouvé « heureux que la France ait dit ce qu’il fallait dire mais nous avons été trop seul ». « Si je suis élu, je ferai tous les efforts pour que l’Europe pèse de tout son poids comme exigence et comme garantie » a promis François Bayrou. L’Union doit selon lui, faire entendre une voix différente de celle des Etats-Unis : elle est « le seul garant disponible » pour exprimer « une vision équilibrée, sereine et déterminée qui pèse sur l’avenir de la région ».

 

L’Euro

« Ce n’est pas l’Euro qui est fort mais le dollar qui s’effondre » a expliqué François Bayrou. Les Etats-Unis ont à la fois un énorme déficit budgétaire et commercial. Un « Euro fort » a, selon lui, des avantages et des inconvénients. Il a surtout insisté sur les avantages : les matières premières coûtent moins cher car elles sont payées en dollars ; les taux d’intérêt sont bas de sorte qu’il est plus aisé d’emprunter pour investir et la dette publique pèse moins lourd. Il a prévenu que si l’Euro s’effondrait, les intérêts de la dette augmenteraient.

 

Thierry Breton et le « golden parachute » de Noël Forgeard

Le magazine Challenges a rapporté que le ministre de l’Economie et des Finances était intervenu pour que l’ex-coprésident d’EADS, Noël Forgeard puisse toucher son parachute doré. François Bayrou considère que Thierry Breton devra « sans aucun doute » démissionner si cette information s’avère vraie : « Ce ne peut pas être le rôle du ministre de l’Economie que de s’immiscer ainsi dans des tractations à l’intérieur d’une entreprise entre responsables puissants et de faire le monsieur bons offices d’un certain nombre d’intérêts privés ».

 

Création de deux emplois sans charges pendant cinq ans

François Bayrou a défendu cette mesure qui figure dans son programme d’action. Il a noté qu’un sondage réalisé par Les Echos auprès de chefs d’entreprise de PME, révèle que cette proposition est « plébiscitée » : « c’est vital pour eux ». Il considère que ce résultat clôt la polémique avec des experts qui avaient critiqué la possibilité donnée à toute entreprise de créer deux emplois nouveaux sans avoir à payer de charges sociales (exception faite de 10% pour la retraite).

Intéressement

François Bayrou est favorable au développement de l’intéressement dans les entreprises afin que les salariés puissent améliorer leur pouvoir d’achat. Il s’agit d’inciter les entreprises à partager leurs bénéfices avec leurs employés. Il préfère cette solution à la participation qui bloque l’argent des salariés pendant cinq ans.

 

Droits de succession

François Bayrou propose une exonération des droits de succession jusqu’à 200 000 euros de patrimoine afin que les Français puissent transmettre à leurs enfants, une petite maison ou par exemple une propriété agricole.

 

Contrats de travail

François Bayrou estime que le CDI devrait être la norme mais il suggère que la période d’essai soit plus longue afin de permettre aux entreprises de ne pas se tromper dans le recrutement. Il pense également qu’il faut permettre une séparation à l’amiable entre une entreprise et un employé au lieu de monter un dossier de licenciement bidon : quand un salarié et un chef d’entreprise veulent se séparer, il est normal qu’ils en discutent et qu’ils trouvent un accommodement. Quant au CNE (Contrat nouvelles embauches), il souhaite que la période d’expérimentation de deux ans aille à son terme et qu’on fasse une évaluation du dispositif pour savoir si cela a permis de créer des emplois.

 

Création de classes d’excellence dans tous les lycées

François Bayrou a réaffirmé qu’il était « pour l’égalité républicaine » : il souhaite que les meilleurs élèves et en particulier ceux qui vont au lycée dans une zone rurale ou en banlieue, puissent être dans une classe d’excellence qui leur donnera les mêmes chances d’accéder aux grandes écoles que les élèves de Louis Le Grand et d’Henri IV qui bénéficient d’un avantage matériel et culturel par leur famille.

 

Suppression des cautions et dépôts de garantie pour le locataire

François Bayrou a constaté que louer un logement pour les familles les plus modestes, était devenu un cauchemar en raison du montant des cautions demandées. Il propose donc la suppression du dépôt de garantie et son remplacement par une assurance logement qui coûtera seulement quelques euros par mois au locataire. Cette assurance permettra de garantir au propriétaire le paiement du loyer ainsi que le remboursement des dégradations éventuelles.

 

Instauration d’une activité universelle pour les allocataires des minima sociaux

« Ceux qui ont le RMI doivent avoir un intérêt à retrouver une activité » a expliqué François Bayrou. Il préconise que l’on propose à chaque allocataire des minima sociaux, une activité rémunérée au service d’une collectivité ou d’une association qui leur permettra d’augmenter leur revenu et de s’insérer dans le monde du travail. Selon lui, cela évitera aussi le soupçon qui pèse sur ceux qui touchent une allocation sans travailler. 

 

La réforme des retraites

« Nous vivons dans un monde d’inégalités » a déclaré François Bayrou. Il constate qu’aujourd’hui, ceux qui ont l’espérance de vie la plus courte, partent le plus tard à la retraite, et ceux qui ont l’espérance de vie la plus longue, partent le plus tôt. « C’est honteux » a déclaré le candidat à l’élection présidentielle. « Je mets tout sur la table » a promis François Bayrou. Il veut que tous les Français soient assujettis à un système de retraite par points mais qui tiendra compte de la pénibilité du travail. François Bayrou veut soumettre sa réforme à référendum afin que tous les Français puissent vérifier la justesse et la justice du nouveau système de retraite. Il a souligné que c’était une autre conception de la politique et des citoyens puisqu’il dira tout et remettra aux Français la décision finale : « Vous serez informés et vous serez les décideurs dans les cas les plus graves ».

 

Les économies d’énergie

« L’énergie que nous gaspillons nous revient en boomerang avec le dérèglement du climat » a constaté François Bayrou. Le candidat à l’élection présidentielle a signé le pacte écologique de Nicolas Hulot. Il préconise plusieurs mesures pour économiser l’énergie : le développement du ferroutage et du transport fluvial ainsi que des énergies alternatives, l’isolation des habitations… Baisser la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes fait partie des pistes qui ne coûtent rien et qui méritent, selon lui, qu’on y réfléchisse.

 

Changer les institutions

François Bayrou souhaite que le président de la République assume désormais pleinement la politique de la France et ne se cache pas derrière son Premier ministre. Il préconise aussi un Parlement de plein exercice, rétabli dans ses droits. Pour y parvenir, il propose notamment de mettre fin au cumul des mandats des députés. Ceux-ci ne pourraient plus voter s’ils ne sont pas présents dans l’hémicycle. Il préconise également de publier le détail des votes sur Internet. Enfin, il propose un changement du mode de scrutin : 50% des sièges seraient pourvus à la proportionnelle afin de permettre à tous les courants d’opinion d’être représentés à l’Assemblée nationale.

 

La pénurie de médecins à la campagne

François Bayrou propose qu’on donne une bourse aux étudiants en médecine en échange d’un engagement à exercer dans une zone rurale pendant un certain temps. Ce système existait à son époque pour les jeunes professeurs.

 

Education nationale

« Je garantirai les moyens de l’Education nationale et le soutien aux enseignants » a assuré François Bayrou qui a été lui-même professeur. L’ancien ministre de l’Education nationale a fait de l’école, une priorité de son programme. Il est convaincu que c’est sur l’école qui faut concentrer les moyens disponibles afin que les élèves français soient les mieux formés du monde.

 

RMC Info et BFM TV



Laisser un commentaire

politish |
déclaration de corti |
Ce n'est pas rien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | PARTI SOCIALISTE
| Le blog du Parti communiste...
| ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE