Le « moment » Bayrou 

FORT-DE-FRANCE, Martinique (Reuters) – François Bayrou se dit satisfait du ralliement à Nicolas Sarkozy du seul ministre centriste du gouvernement, Gilles de Robien.

« Je trouve que c’est très bien, parce que tout mon effort, c’est de proposer à la France de gouverner autrement. Et pour gouverner différemment, il faut des équipes nouvelles », a dit le candidat UDF à la présidentielle à la presse en visitant une exploitation de canne à sucre en périphérie de Fort-de-France.

« Je ne voulais pas de compromission avec des gens dont je n’ai pas approuvé l’action (…) On ne peut pas faire du neuf avec du vieux », a ajouté le député béarnais.

« J’ai choisi d’avoir une attitude franche et nette, et je trouve que ça clarifie très bien les choses. »

Interrogé sur les prédictions de ses adversaires, relayées par la presse, selon lesquelles le « moment Bayrou » serait terminé, François Bayrou a mis la balle dans le camp des Français.

« Ce sont les Français qui votent. Ce n’est pas le Parti socialiste, ce n’est pas l’UMP, ce n’est pas les journaux qui appartiennent à cette pensée unique et qui voudraient que l’élection n’ait pas lieu », a-t-il rétorqué.

« Ils voudraient qu’on aille directement au deuxième tour, pour lequel leurs chéris sont déjà sélectionnés à l’avance. »

Pour François Bayrou, les Français « en ont par-dessus la tête de cette arnaque (…) et ils sont décidés à imposer leur deuxième tour ».

« Le moment Bayrou, c’est fini ? », lui a demandé une journaliste.

« C’est même exactement le contraire », a-t-il répondu.



Laisser un commentaire

politish |
déclaration de corti |
Ce n'est pas rien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | PARTI SOCIALISTE
| Le blog du Parti communiste...
| ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE