La banquise va céder

S’il est élu, François Bayrou, en meeting ce soir à Rennes, se dit convaincu d’obtenir aux législatives une large majorité centrale.

Votre positionnement « ni droite ni gauche » ne pose-t-il pas un problème d’identité à l’UDF qui participe à tous les exécutifs locaux avec l’UMP, jamais avec la gauche ? J’ai toujours voulu que majorités locales et majorités nationales puissent être différentes, comme en Allemagne. D’autre part, ne confondons pas l’ancienne UDF, alignée sur le RPR, et le courant politique que je porte: un centre indépendant, capable de travailler avec des personnalités situées à sa gauche comme à sa droite. Quand la vieille UDF était alignée, elle pesait entre 7% et 9%. Aujourd’hui tout a changé : nous sommes à plus de 20% d’intention de vote.

Vous ne pouvez tout de même pas mettre dans cette UDF tous ceux qui disent avoir l’intention de voter pour vous ?… Ma volonté est d’associer le plus largement possible tous ceux qui veulent réellement le changement dans ce pays, quelques soient leurs étiquettes. Et vous verrez qu’aux législatives cette vague, si je suis élu, s’amplifiera. Vous verrez apparaître une majorité nouvelle, centrale, qui jettera un pont au-dessus de la vieille frontière droite/gauche.

Si vous êtes élu, il y aura une majorité et une opposition: qui sera dans l’opposition ? Il y aura même probablement deux oppositions: une de droite et je devine qui en sera le leader, une de gauche et j’ai l’impression que Laurent Fabius se profile pour être ce leader. C’est le plus prévisible, avec au milieu une large majorité centrale, élargie à des personnalités venant de droite comme François Goulard ou Azouz Begag, des personnalités venant de gauche comme Jean Peyrelevade, des personnalités écologistes comme Corinne Lepage…

Comment des gens compétents aux convictions bien affirmées, de droite comme de gauche, pourraient-ils travailler ensemble sans quelque part se renier ? Ce sont les Français qui signent le contrat en choisissant le président de la République. Ce sont eux qui lui donnent mission de rassembler. Très nombreuses sont les personnalités qui veulent participer à ce rassemblement. On le verra beaucoup mieux au soir du premier tour. Je vous le dis: la banquise est en train de céder…

Écologiquement parlant, c’est peut-être dangereux !… Non, c’est un phénomène naturel qui revient chaque année. Les gens en ont par-dessus la tête de ces deux équipes, UMP/PS, et de la course qu’ils font sur les mêmes thèmes. Aujourd’hui l’identité nationale, demain autre chose. Selon moi, les Français sont décidés à mettre un terme à ce quart de siècle d’échecs.

Les Français souffrent-ils réellement de leurs institutions ? Bien sûr. Il ne supportent plus ce monde du pouvoir, d’un pouvoir clanique, fermé sur lui-même, où nul débat n’existe. En cinq ans, alors que je préside l’une des familles politiques majeures de ce pays, je n’ai pas été consulté sur une seule décision du gouvernement, et dans les cinq années qui ont précédé sous le PS, non plus. Cette fermeture, ça ne va plus. Je sens monter du tréfonds du peuple l’envie de donner un coup d’arrêt à tout cela, et ce coup d’arrêt, croyez moi, va être net.

Aussitôt élu, si vous l’êtes, que faites-vous pour l’Europe ? J’ouvre la discussion avec les autres chefs d’État et de gouvernement en disant: le problème de la Constitution c’est la question de la démocratie européenne. Les principes qui ont été adoptés par la Convention puis par la conférence intergouvernementale respectent la démocratie européenne. Je veux donc un texte court, lisible, compréhensible par chacun, et une fois ce texte écrit je le soumettrai à referendum.

Angela Merkel vient d’insister à nouveau sur les racines chrétiennes de l’Europe. Vous n’êtes pas favorable à cette référence, pourquoi ? Je suis un chrétien qui pense qu’il ne faut pas mettre la religion dans la Constitution. Je vous signale que nulle référence religieuse ne figure dans la Constitution Française ! Ne mélangeons pas religion et politique, c’est une erreur fatale. La laïcité est une richesse de la France. L’Europe doit respecter cette distinction-là.

Pourquoi voulez-vous à toute force diriger ce pays ? Parce que ce pays a besoin d’un président qui le comprenne, qui soit capable de refonder le lien entre les citoyens et le pouvoir. Les Français veulent quelqu’un de novateur dans la méthode et le projet, quelqu’un qui les tire vers le haut, qui les invite au dépassement et au rassemblement. C’est un chemin nouveau que je propose à la France.

Ouest-France



Laisser un commentaire

politish |
déclaration de corti |
Ce n'est pas rien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | PARTI SOCIALISTE
| Le blog du Parti communiste...
| ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE