Le bon sens au service de la gestion de l’Etat

Dans l’émission « Complément d’enquête », présentée par Benoît Duquesne, et dont le thème était celui de « L’État dans tous ses abus » – Train de vie, dette, services publics – François Bayrou a exposé sa vision des problèmes à travers des exemples concrets. Il s’est notamment penché sur le cas de l’École, qu’il connaît bien et qu’il faut respecter et soutenir si l’on veut la rendre meilleure.

L’entretien commençant par le thème de l’Éducation, le candidat à l’élection présidentielle, s’est attaché à précisé avec force que l’École n’était pas quelque chose de « marchand ». En revanche, François Bayrou est favorable à  ce que l’on rende plus efficace une éducation qu’il faut préserver et non stigmatiser. Il refuse que l’on qualifie le corps enseignant de « feignant, faisant preuve de manque de volonté. Ce n’est pas vrai » a-t-il dit, faisant remarquer la tâche difficile qui leur incombe dans de nombreux cas où les difficultés sociales s’ajoutent au difficultés scolaires.Pour le candidat à la présidentielle, les réformes de l’École se feront « avec les enseignants et parents d’élèves ». Il a expliqué que l’on ne pouvait réformer « que si l’on soutient l’École, qu’on l’estime, et que l’on comprend ce qui se passe dans les classes ». En revanche, il faut se fixer des objectifs, puis vérifier s’ils sont atteints. Et il a indiqué que l’on n’avait  » aucune chance face à la mondialisation si l’on n’avait pas la meilleure éducation du monde ». Donc, « préservons nos moyens, et fixons les objectifs » , a-t-il indiqué.

En ce qui concerne les économies relatives à la gestion de l’État, François Bayrou a rappelé que des améliorations de fonctionnement pouvaient être apportées « aux administrations de papier ». Cela passera par une forme de rationalisation : réduire les moyens sur « ce que l’on peut faire de manière plus légère » et « ne surtout pas faire d’économie sur ce qui est indispensable, les investissements d’avenir » comme l’École, la Recherche. Néanmoins, il a mis en garde contre les mensonges qui consistent à dire que l’on remplacera un fonctionnaire sur deux, sans préciser dans quels secteurs on veut le faire. Une mesure concrète permettant de simplifier l’organisation administrative des collectivités locales est celle de la fusion Département-Région. Depuis la décentralisation, les niveaux de responsabilité se sont multipliés en même temps que le nombre de services et de fonctionnaires. François Bayrou propose afin de simplifier le système, le rendre plus lisible, que les élus au niveau de la Région soient les mêmes que ceux que l’on trouve au niveau des conseils généraux : « un seul élu pour les deux administrations » .

Ensuite, autre mesure concrète : tout en cotisant toujours pour leur retraite de fonctionnaire, le candidat à la présidentielle propose, que les salariés du public puissent avoir des expériences dans le privé durant quelques années, afin de « faire respirer » le système, et que les acteurs des secteurs public et privé se confrontent et sortent « des caricatures » véhiculées sur le compte des uns et des autres.

Enfin, après avoir rappelé que son programme était équilibré à 21 milliards de recettes contre 21 milliards de dépenses supplémentaires, il expose son idée de rendre inconstitutionnel le fait de voter un budget en déficit de fonctionnement, excepté en période de récession économique. François Bayrou refuse que « l’on emprunte sur le train de vie de l’État ». Il a par ailleurs souligné que  » l’État dépenses tous les jours 20% de plus que ce qui rentre dans ses caisses ». Le candidat à la présidentielle veut sortir le pays de ses désillusions.



Laisser un commentaire

politish |
déclaration de corti |
Ce n'est pas rien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | PARTI SOCIALISTE
| Le blog du Parti communiste...
| ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE